.
.

Le triomphe de la vérité

.

PARTICIPATION DES ECUREUILS AU TOURNOI DE L’INTEGRATION : La Honte !


Trois matches, deux défaites et un nul face à la modeste formation de la Guinée Bissau. Voilà la moisson que ramène le Onze national local de Ouagadougou. Une honte pour une équipe qui vient de se qualifier pour la Can.
Même si ce ne sont pas les locaux qui ont qualifié le Bénin pour la Can 2008, c’est quand le Bénin qui a fait piètre figure en terre burkinabé lors de ce tournoi de l’Intégration. Après 36 matches bien comptés dans les jambes en championnat national au Bénin, les joueurs de Wabi Gomez sont incapables de rivaliser avec les locaux comme eux. Il y a quelques années quand le Bénin se présentait à ces joutes sous régionales ou continentales, les observateurs disaient que les joueurs n’avaient de la compétition dans les jambes. Maintenant, ils en ont à revendre. Et pourtant. Des joueurs qui n’ont aucune notion du maillot national et de l’honneur patriotique. Des garçons qui au lieu de travailler se gonflent comme des crapauds   dans les rues de Cotonou. C’est avec consternation et désolation que les férus du cuir rond ont suivi cette formation tout au long de la compétition. Une équipe que tout le monde attendait s’est donnée pour tche de se transformer en donneur éternelle de points aux autres formations qui sont de la même trempe qu’elle. Des joueurs qui se jouent les stars au Bénin se sont révélés méconnaissables lors de ce tournoi. Les internationaux béninois qui étaient au Burkina-Faso ne méritent pas de porter la tunique jaune, le maillot fétiche du Onze national. Le football béninois n’est plus à cette étape ni à cette époque là. Le Bénin commence à se faire respecter de plus en plus. La période où les Ecureuils revenaient au bercail avec plus de  10 buts dans les valises est définitivement révolue. Le Bénin est classé aujourd’hui 18ème en Afrique. Il faut alors dans l’avenir éviter d’envoyer des joueurs fatigués qui n’ont plus d’ambition à ces compétition. Hountonto, Djima, Traoré, Agbo et consorts n’ont plus rien à prouver en football. Ils ont déjà atteint la trentaine. Il vaut mieux les laisser au garage et penser à la jeune génération, la relève. La nation béninoise tout entière n’est plus à l’étape où le Bénin est battu à l’avance. Un exemple, les enfants de Cifas  (Centre international de football Adjavon Sébastien) sont plus représentatifs que ces joueurs arrivés au football par le hasard des choses de la vie. Que se soient ces garçons que les Aigles laminent 3-0, ça se passe de commentaire. Mais des internationaux qui ont suivi l’équipe nationale partout tels que Valère Amoussou, Franck David Gnanhoui, Traoré Aie€¦ qui jouent comme des aveugles sur l’aire de jeu, c’est une honte pour la nation béninoise. Le fameux meilleur buteur du championnat national, Franck David Gnanhoui s’est illustré par les maladresses monstrueuses. Ce tournoi a montré la face cachée du football béninois. Cette honte aura des répercussions dans un bref délai. Ces Ecureuils locaux là !
José Mathias COMBOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *