.
.

Le triomphe de la vérité

.

MILITARISATION DES INSTALLATIONS DE TELECEL-BENIN: Sabotage de l’installation de l’Administrateur Provisoire


Séverin ADJOVI, actionnaire Béninois de Télécel Bénin
Malgré la décision Avant-dire Droit N°001/2007 du 30 Octobre 2007, qui a nommé un Administrateur Provisoire à titre conservatoire au nom de M. Anatole Chodaton, la sentence arbitrale n’a pas eu le concours de l’Etat pour exécution. L’exequatur obtenu à la suite de cette décision n’a été finalement qu’un tigre de papier. La forte militarisation dont a été l’objet le siège de Télécel Bénin dans le week-end dernier, contrairement à la croyance populaire n’a été qu’une manÅ“uvre orchestrée dans les arcanes du pouvoir d’Etat par un certain nombre de barons et de ministres visiblement en mission pour la mafia des Gsm. Les explications de l’actionnaire Sarci SARL requérant de l’action en arbitrage sur une chaîne de télévision privée, sont expressives de la machination. En effet, l’Etat entant que pouvoir exécutif a-t-il les prérogatives d’apprécier le fondement ou l’opportunité d’une décision de justice fut-elle une sentence arbitrale ? Sans équivoque, la Constitution Béninoise du 11 décembre 1990 s’est penché sur la question en contraignant l’exécutif à concourir sans réserve à l’exécution des décisions de Justice. Paradoxalement au Bénin, dans l’affaire Télécel Bénin opposant Atlantique Télécom et Sarci SARL, la force publique a été utilisée pour endiguer la mise en Å“uvre d’une décision arbitrale jouissant d’un exequatur ordonné par le juge des référés.
Mais en lieu et place d’arguments juridiques pour justifier ou camoufler la dérive, un ministre averti du gouvernement sollicité pour se prononcer sur le sujet s’est contenter d’un amalgame politico-juridique désuet qui n’a aucun lien avec les faits en espèce. A quoi sert-il à un ministre d’évoquer contre un actionnaire l’infraction de délit d’initié ou de faux alors que même que la partie défenderesse ne soulève point dans sa défense une infraction du genre et que dans l’espace il s’agit de justifier son refus de concourir à l’exécution de décision de justice.
Le montage est cousu de fil blanc et l’on entrevoit facilement les acteurs qui tirent sur les ficelles dans cette mise en scène de pantins. Visiblement et contre toutes normes légales et réglementaires en vigueur au Bénin, l’Etat Béninois à travers quelques membres du gouvernement et du cabinet présidentiel qui ont bu à la coupe de la mafia, est résolu à enfreindre à la loi fondamentale de la République. Mais c’est sans compter sur le degré de discernement du Chef de l’Etat qui dans cette affaire manque de sources fiables d’informations. La machination durera encore le temps que le Chef de l’Etat se résoudra à écouter les parties neutres que sont les membres du tribunal arbitral ou les vrais acteurs de la crise Télécel qu’est Sarci Sarl.
Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *