.
.

Le triomphe de la vérité

.

LE MINISTRE ROGER GBEGNONVI: « Mon obligation de réserve n’est pas une obligation de mutisme »


le Nouveau ministre Roger GBEGNONVILe plateau de l’émission dominicale « Ma part de vérité » du groupe de presse avait hier pour invité le Professeur de Lettres, Roger Gbègnonvi. Revêtu de ses nouveaux habits de ministre de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, l’ancien membre de la société civile s’est prononcé quatre vingt dix minutes durant sur la nouvelle mission à lui assignée par le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi et de ses prochaines relations  avec la Société Civile.
Ministre de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, c’est à ce titre que le Professeur Roger Gbègnonvi a échangé hier avec les journalistes au sujet de ses nouvelles activités au sein du gouvernement du Changement. « Je ne suis pas mécontent de ma nomination au sein du gouvernement. », c’est la réponse que donne l’ancien acteur de la Société Civile pour exprimer son sentiment quant à son appel par le Dr Boni Yayi pour intégrer la barque du Changement. « C’est peut-être une mise à l’épreuve de l’homme qui critique, dénonce et ne cesse de bavarder.», dira t-il pour expliquer le choix porté sur le membre de la société civile qu’il est par le premier magistrat béninois.

HABILLER D’ECRITURE LES LANGUES NATIONALES
Répondant aux nombreuses interrogations relatives à ses activités avec la société civile dont il est l’émanation, Roger Gbègnonvi se veut rassurant. « C’est possible que je continue à intervenir avec mes amis de la Société Civile ou même d’écrire dans la presse au travers de mes chroniques. S’il est vrai que je suis astreint à certaines réserves en raison de ma présence au sein du gouvernement, il n’en demeure pas moins que je dispose d’une relative liberté pour exprimer mes opinions même si le risque qu’elles soient désormais considérées comme des opinions d’Etat n’est pas à exclure. » Et dans un style qui lui est propre, il annonce les couleurs : « Mon obligation de réserve n’est pas une obligation de mutisme ». Pour lui en effet, son titre de ministre, n’est ni un frein à l’épanouissement de sa vigilance quant à la gestion des biens publics ni ne traduit un quelconque embrigadement de sa personne, mais doit plutôt être perçu comme un prolongement de son dévouement à la cause de la masse.
Se prononçant sur la substance de son action à la tête du  ministère de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, le Professeur Gbègnonvi qui revendique par ailleurs le titre « d’instituteur des Langues Nationales », annonce de grandes mesures notamment l’introduction dès la maternelle des principales langues d’inter communication dont principalement le Fon et le Dendi avec pour finalité d’aboutir à leur composition au cours des examens  dans le système éducatif. Ainsi, contrairement à la commune renommée qui explique la non prise en compte des langues nationales dans le processus d’acquisition du savoir, le ministre se dit déterminé à mener à bon port l’enseignement des langues nationales au Bénin avec le concours d’éminentes personnalités l’ancien ministre, Ali Houdou, Mme Ali Mariam Lafia, Mohamed Alidou, Adoun Siba de même que celles des communautés religieuses et autres institutions de la République.
Fondant son action sur le dynamisme et la disponibilité des acteurs de l’enseignement, le ministre dit vouloir mener ses actions avec  les enseignants déjà en place et n’envisage donc aucun recours à des instituteurs nouvellement recrutés.
C’est donc à un véritable combat pour habiller d’écriture toutes les langues du Bénin que le Professeur Gbègnonvi convie le peuple béninois. Et dans cette perspective, un Haut commissariat à l’écriture d’une durée de vie de 25 ans au moins semble être selon lui un impératif que devra satisfaire le gouvernement.

Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



5 thoughts on “LE MINISTRE ROGER GBEGNONVI: « Mon obligation de réserve n’est pas une obligation de mutisme »

  1. AMOUSSOPU TOSSA CYPRIEN

    bonjour Monsieur le MINISTRE
    Je suis passé juste sur le net pour vous féliciter de tout ce que vous faites pour la promotion des langues nationales
    Portez vous bien et longue vie à vous et à tous ceux qui vous sont chers.
    T.C.AMOUSSOU

  2. AMOUSSOU TOSSA CYPRIEN

    JE SUIS TOUT SIMPLEMENT FIER DE VOS ACTIONS CONCRETES SUR LE TERRAIN
    T.C.AMOUSSOU

  3. ZEKPA

    Bonjour Roger,

    Par le présent message, je t’informe que depuis le dernier contact téléphonique, tous mes messages me sont revenus.

    Je t’enverrai un courrier au nom de mon association par mes émissaires qui arrivent à Cotonou le 16/01/2009 vers 19 heures.

    Ils vont tenter de t’appeler. Laurent ZEKPA

  4. zekpa

    Bonjour Roger,
    C’est encore Laurent. J’attends toujours un signe de ta part.

    Je suis disponible les soirs, tu peux m’appeler au 00 33 4 73 15 03 00.

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *